Continent d'eau  Premiers marins   Enjeux contemporains
  Page précédente  Plan du parcours  Page suivante
  16e siècle  17e siècle   18e siècle   19e siècle   20e siècle
Portrait de femme, Danseur de l'île Sandwich
Les expéditions anglaises et françaises à vocation scientifique ont réussit à dissiper le mythe du continent austral et corroborent celui de Montaigne : le mythe des « îles heureuses » et des « bons sauvages ». Ces expéditions ont permis de situer la quasi-totalité des archipels et de connaître certaines mœurs et coutumes des insulaires. Parmi ces derniers, les Polynésiens et surtout les Polynésiennes ont particulièrement charmé les Européens. Plusieurs navigateurs ont entrepris de longs voyages vers ce continent. Pensons notamment à Wallis (1761), Carteret (1766-1769), Bougainville (1768), Cook, qui navigua en Océanie à trois reprises (1768-1771, 1772-1775, 1776-1779), De Surville (1769-1773), Kerguelen (1771-1773), Du Fresne (1771-1773), Lapérousse, (1785-1788) disparu dans l’île de Vanikoro en 1788, Marchand (1790-1792) et D'Entrecasteaux (1791-1793). Roggeveen (1721-1723), au service de la Hollande, a également participé à une meilleure connaissance du continent en découvrant plusieurs îles dont l’île de Pâques. Les voyages de James Cook pour le compte de la Grande-Bretagne sont certes les plus marquants et ont contribué à l'ethnographie de plusieurs populations insulaires du Pacifique.