Continent d'eau  Premiers marins   Enjeux contemporains
  Page précédente  Plan du parcours  Page suivante
  16e siècle  17e siècle   18e siècle   19e siècle   20e siècle
Yves-Joseph de Kerguelen (1771 à 1773)
Yves-Joseph de Kerguelen (1771 à 1773)

Les géographes débattent chaudement l’existence d’un continent austral. La France confie à Yves-Joseph de Kerguelen de Trémarec la mission de trouver cette terre mystérieuse. Né en 1734, Kerguelen entre dans la marine à 16 ans, à titre de garde. Il monte en grade très lentement jusqu’à ce qu’il se distingue pendant la guerre de Sept Ans et commande finalement son propre corsaire vers 1761. Or, à cette époque, la Grande-Bretagne manifeste un intérêt marqué pour le Pacifique.

La découverte de la terre de Gonneville (Australie) et l’exploration d’une vaste zone au sud de l’océan Indien sont les objectifs de la mission de Kerguelen. Le Berryen prend la mer le 1er mai 1771 avec 300 hommes à son bord. Après avoir changé de navire pour le Fortune et le Gros-Ventre, à l’île de France (île Maurice), l’équipage met le cap sur le sud le 16 janvier 1772.

Le 13 février, Kerguelen et ses hommes découvrent un groupe d’îles, qui seront nommées Kerguelen. Alors que les navires se perdent de vue, le commandant du Gros-Ventre, François Alesno de Saint-Allouan, fait route vers l’Australie, croyant y retrouver l’autre équipage. Il explore les côtes australiennes pour retourner à l’île de France le 5 septembre 1772.

Saint-Allouan est le premier navigateur à prouver l’absence de terre d’importance au nord du 50e parallèle, au sud de l’océan Indien. Kerguelen reviendra pour sa part en France, croyant avoir découvert le continent austral tant recherché.

Plus tard, la France organise de nouvelles expéditions pour établir une colonie sur ce continent austral. Kerguelen prépare la sienne et retourne dans le Pacifique le 26 mars 1773, avec le mandat d’atteindre le continent austral, ce qu’il fera le 14 décembre 1773. Par crainte d’aborder l’île, il préfère reprendre la mer en direction de Madagascar. Il semble que Kerguelen n’ait jamais eu l’intention d’exécuter toutes les instructions de sa mission; le navigateur aurait décidé dès le départ de ne pas mener l’expédition à son terme.

L’expédition s’avère donc un fiasco. L’échec de Kerguelen a sans doute entraîné l’abolition des privilèges de l’aristocratie dans la marine.