Continent d'eau  Premiers marins   Enjeux contemporains
  Page précédente  Plan du parcours  Page suivante
  16e siècle  17e siècle   18e siècle   19e siècle   20e siècle
La flotte d'Otaheite
Antoine-Raymond de Bruni d'Entrecasteaux (1791-1793)

Français, d’Entrecasteaux entre dans la marine en 1754, à l’âge de 17 ans. Il obtient son premier commandement 15 ans plus tard, et, à 42 ans, il devient directeur adjoint des ports et arsenaux. Un scandale familial l’oblige toutefois à quitter la France. Le gouvernement le récompensera pour ses services en le nommant commandant de la Station des Mers de l’Inde. Cette nomination permet à d’Entrecasteaux d’acquérir une grande expérience de l’Extrême-Orient et de démontrer qu’il a les qualités nécessaires pour diriger l’expédition à la recherche de La Pérouse.

D’Entrecasteaux commande le Recherche et Huon de Kermadec, l’Espérance. Les navires ont respectivement à leur bord 113 et 106 officiers, savants et hommes d’équipage. Ensemble, ils quittent le port de Brest le 29 septembre 1791. L’expédition atteint la Tasmanie puis la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Irlande. Les navigateurs se dirigent ensuite vers les Moluques pour s’y réapprovisionner, après quoi ils retournent vers la Tasmanie. Le contact avec les habitants demeure ouvert et amical. Cette relation favorable permet aux Français d’étudier leurs modes de vie et coutumes.

D’Entrecasteaux arrive à Tongatapu, dans l’archipel des Amis (Tonga), le 24 mars 1793. Il tente d’obtenir des renseignements sur La Pérouse auprès des insulaires, sans succès. Après avoir identifié, cartographié et exploré les îles Salomon, d’Entrecasteaux meurt du scorbut le 20 juillet. Son équipage atteindra Sourabay, en Inde, le 19 octobre 1793, après l’échec de la mission.

L’expédition d’Entrecasteaux était essentiellement une entreprise à caractère humanitaire et géographique. Elle parachevait aussi la mission de La Pérouse par l’exploration détaillée de la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie, des îles Salomon, du sud-ouest de l’Australie et de la Tasmanie. C’est l’Irlandais Peter Dillon qui, en 1827, découvrira les vestiges du naufrage de La Pérouse près de Vanikoro, les récits des insulaires ayant permis de reconstituer les circonstances du drame.