Continent d'eau  Premiers marins   Enjeux contemporains
  Page précédente  Plan du parcours  Page suivante
  16e siècle  17e siècle   18e siècle   19e siècle   20e siècle
Mission à Rarotonga, pirogue de guerre  Suite aux travaux de Freycinet (1817-1820), Duperrey (1822, 1825), d'Urville (1822-1840) au 19e siècle, la présence européenne en Océanie s’est accrue grâce à l’émigration d’aventuriers, de marins déserteurs, de missionnaires, de batteurs de grève, de baleiniers, de marchands et de travailleurs, notamment pour les plantations australiennes et les mines de Nouvelle-Calédonie. L’influence des missionnaires en Océanie était considérable : à la fin du 19e siècle, on y comptait un missionnaire pour 1 000 habitants, comparativement à un pour 50 000 en Afrique. À cette époque, la London Missionnary Society commençait ses activités à Tonga et aux Marquises, sans grand succès. Tahiti devint alors le foyer de l’évangélisation. Ce foyer s’est rapidement étendu jusqu’aux îles Cook, Samoa et aux autres archipels plus à l’ouest. Ainsi, les Églises chrétiennes, tant protestantes que catholiques, ont pénétré toutes les îles et rivalisé entre elles pour convertir les Océaniens. Ces rivalités occidentales ont engendé d’importantes transformations culturelles chez les populations locales, dont l’exacerbation des clivages sociaux traditionnels.