Continent d'eau  Premiers marins   Enjeux contemporains
  Page précédente  Plan du parcours  Page suivante
  16e siècle  17e siècle   18e siècle   19e siècle   20e siècle
Île d'Amsterdam
Freycinet (1817 à 1820)

Le voyage entrepris par le capitaine Freycinet en 1817 avait essentiellement un caractère scientifique. La géographie y occupait une place de second ordre au profit de la météorologie. Freycinet devait alors connaître la forme du globe et les éléments du magnétisme terrestre dans l’hémisphère austral.

Le 17 septembre 1817, la corvette Uranie appareille de Toulon. L’équipage comprend environ 25 officiers d’état-major et du domaine de la santé, des élèves et aspirants de la marine et un certain nombre de matelots.

L’équipage s’arrête d’abord à Rio do Janeiro dont l’environnement fait l’objet des premières descriptions. Le 15 mai 1818, l’Uranie arrive à l’île de France (île Maurice) et, en septembre, elle longe la côte occidentale de l’Australie. Un mois plus tard à Timor, Freycinet s’intéresse à l’histoire de l’île et aux productions, mœurs et coutumes de ses habitants. À l’île Rawak, près de la Nouvelle-Guinée, il décrit les insulaires et la végétation. Puis, lors d’un séjour d’environ deux mois dans l’archipel des Carolines, Freycinet note ses observations et effectue les expériences scientifiques relatives à sa mission.

En août 1819, Freycinet aborde les îles Sandwich (Hawaii), avant d’appareiller pour la Nouvelle-Galles du Sud. Malheureusement, pendant le voyage de retour, la corvette fait naufrage devant les îles Malouines. On ne déplore toutefois aucune perte humaine ou matérielle, et l’équipage se remet en route pour accoster finalement dans le port du Havre, le 13 novembre 1820.

Au cours de ce voyage, Freycinet a décrit systématiquement les populations rencontrées et tenté d’interpréter leurs mœurs et coutumes. Malgré leur aspect schématique, ses descriptions présentent une vision réaliste des populations et de leur organisation sociopolitique.